• Diabète, sport : conseils de coach sportif des Thermes des Dômes

Diabète et activité physique

Quel(s) sport(s) pour le diabétique ?


Les muscles utilisent le sucre pour en tirer l’énergie nécessaire à leur fonctionnement. Il y a donc un bénéfice majeur de l’activité physique puisqu’elle fait baisser la glycémie. De plus, si l’activité physique est régulière, l’insulinorésistance musculaire est plus faible et le diabète est plus facile à équilibrer.

3 fois 1 heure par semaine

L’activité physique est un élément essentiel du traitement au même titre que l’alimentation ou les médicaments.

3 fois 1 heure d’activités physiques d’endurance par semaine permettent déjà d’améliorer sensiblement le niveau des glycémies, même les jours sans activités physiques notables.

Les avantages de l’activité physique pour 2 types de diabète

Avantages de l’activité physique pour une personne diabétique de type 1 (insulino – dépendant) :
- diminution de la glycémie immédiate et postprandial (juste après les repas)
- augmentation de l’insulino-sensibilité

Avantages de l’activité physique pour une personne diabétique de type 2 (non insulino-dépendant) :
- augmentation de la sensibilité des tissus à l’insuline
- amélioration de la glycémie

Quelles activités physiques pratiquer ?

Il faut choisir des activités physiques progressives et prolongées, et privilégier l’endurance plutôt que la performance (marche, footing, vélo, natation…).

Quelles activités physiques éviter ?

Les sports de contact (boxe, rugby, …) et de combat sont à éviter car les traumatismes répétés peuvent favoriser la survenue d’hémorragies rétiniennes en cas d’atteinte occulaire par le diabète
De même sont également à éviter, les sports motorisés ou ceux qui comportent un risque trop important pour le pratiquant ou pour l’entourage en cas d’hypoglycémie. 
Les activités physiques isolant la personne (plongée sous-marine, parapente, alpinisme,…) sont à éviter car personne ne pourra intervenir en cas de malaise hypoglycémique.

+ Pour les activités physiques à l’extérieur et de longues durées il est donc préférable d’être accompagné par une personne connaissant les signes d'hypoglycémie du diabète et sachant traiter efficacement et rapidement.

Jean-Luc Sicot, Directeur des exploitations thermales

Jean-Luc Sicot

8 novembre 2013

Lettres d'information