• Cure thermale maigrir, perte de poids, surcharge pondérale, affection digestive

Obésité : la cure thermale conventionnée de 3 semaines mise au banc d'essai

La cure thermale avec l’indication « surcharge pondérale / obésité » répond elle au Service Médical Rendu (S.M.R.) de l’assurance maladie ?


Interview du Docteur Thierry Hanh : Médecin nutritionniste, Co investigateur de l’étude MaâThermes. Étude clinique menée pendant 3 ans dans plusieurs stations thermales de France dont les Thermes de Vichy.

Que signifie MaâThermes ?

Docteur Thierry Hanh : dans la mythologie égyptienne, « Maât » représente la déesse de l’équilibre universel. La contraction des deux mots, « Mâât » et « Thermes » pour thermalisme, m’est tout naturellement venue à l’esprit.

Qui est à l’origine de la demande de cette étude ?

Docteur Thierry Hanh : il s’agit du CNETh (Conseil National des Exploitants Thermaux) dont sa vocation est de travailler à l’amélioration et à une meilleure reconnaissance de la médecine thermale. Le CNETh a fait appel à sa branche scientifique, l’AFRETH, association pour la recherche thermale, présidée par le Professeur Christian-François ROQUES pour analyser le dossier de l’étude MaâThermes.

Quel est l’objet de l’étude MaâThermes ?

Docteur Thierry Hanh : la cure thermale de 3 semaines, associée à une prise en charge diététique et d’activités physiques, est une indication thérapeutique de longue date prescrite par les médecins. Jusqu’à aujourd’hui, aucune étude n’avait démontré son efficacité sur le long terme.

L’objet de cette étude est la valorisation du Service Médical Rendu (S.M.R.) des indications existantes « surpoids et obésité (AD3) » en milieu thermal. Le S.M.R. constitue un élément du processus de remboursement d’une cure thermale par la Sécurité Sociale.

Pour quelle(s) raison(s) la station thermale de Vichy a-t-elle été retenue pour accueillir l’étude ?

Docteur Thierry Hanh : principalement pour deux raisons. Avant tout sur son volontariat puis pour son plateau technique médical et paramédical, en parfaite adéquation pour le suivi de cette étude.

Le volontariat a porté sur les stations thermales disposant de l’orientation thérapeutique « troubles du métabolisme – surcharge pondérale et/ou obésité (AD3) ».

Les Thermes de Vichy disposent d’une prise en charge globale par une équipe pluridisciplinaire et d’un environnement privilégié. Le plateau technique est notamment composé de diététiciennes, de chefs cuisiniers, d’une sophrologue, d’un coach sportif et d’hydrothérapeutes pour les soins de balnéothérapie.

Quelle a été la méthodologie de l’étude ?

Docteur Thierry Hanh : l’étude MaâThermes a eu pour objectif l’évaluation des bénéfices de la cure thermale de 3 semaines dans la prise en charge du surpoids et de l’obésité et la comparaison de son efficacité à celle des traitements conventionnels réalisés exclusivement en médecine de ville. L’étude MaâThermes a porté sur 3 années (2007 à 2009).

Quels sont les résultats de l’étude ?

Docteur Thierry Hanh : une perte de poids d’environ 4 kg a été constatée à un an pour le « groupe cure thermale ». Contre 1,5 kg pour le « groupe témoin » pris en charge par leur médecin généraliste qui leur a prodigué des conseils et un suivi médico-diététique.

Les résultats de l’étude MaâThermes à un an pour la perte de poids sont comparables aux études internationales axées sur des interventions de modification de vie pour la prise en charge du surpoids et de l’obésité.

Quelles sont vos conclusions ?

Docteur Thierry Hanh : ma conclusion en trois temps…

La cure thermale « AD3 » est un outil supplémentaire à l’arsenal thérapeutique des médecins traitants

Les cures thermales d’une durée de 3 semaines sont prescrites par des médecins traitants. Les médecins traitants disposent désormais d’un outil de prise en charge complémentaire pour lutter contre le surpoids et l’obésité qui a prouvé son efficacité : l’indication AD3 « Affections Digestives et métaboliques : surcharge pondérale » est un outil efficace pour une perte de poids significative, un an après l’intervention le séjour thermal.

La cure thermale permet de prendre en charge les personnes atteintes de surpoids ou d’obésité. Une perte de poids progressive et une stabilisation pondérale sur 4 à 5 ans de ces personnes peut-être envisagée avec le renouvellement annuel d’une cure thermale.

La cure thermale montre son efficacité face aux régimes magiques à court terme

Lorsque l’on fait une démarche de perte de poids, il faut le faire dans un esprit « volontaire à long terme » plutôt que « magique à court terme ».

Les personnes qui suivent une prise en charge en milieu thermal constatent une perte de poids à la fin des 3 semaines de cure. Cette perte de poids est un starter qui continue d’évoluer durant un an. Et notamment grâce à l’impact du séjour thermal où chacun trouve les outils correspondant à sa personnalité, dont les conseils diététiques, les ateliers, les conférences et la remise en activité physique progressive.

En parallèle, on améliore son état de santé

La cure thermale de 3 semaines (AD3) améliore l’état de santé des personnes atteintes par un diabète de type 2, une hypertension, une hyper-cholestérolémie, des troubles articulaires, etc.

Il est démontré quand on présente une surcharge pondérale avec une pathologie associée qu’on améliore son état de santé en perdant 5 % du poids son corps. Par exemple, une personne qui mesure 1,60 m et pèse 80kg (I.M.C.* = 31 kg/m2) améliore son état de santé en 5 % du poids de son corps, soit 76 kg (I.M.C.* = 29,6 kg/m2).

La cure thermale (AD3) de 3 semaines est une solution pour perdre du poids durablement.

*I.M.C.= Indice de Masse Corporelle.

Florence Rochelois - Responsable communication Internet de la Compagnie de Vichy

Florence Rochelois

3 mai 2011

Lettres d'information